Je voudrais juste leur dire « Bonjour »

Ma sardine, aujourd’hui c’est un petit fugu larmoyant qui vient coller ses épines entre tes nageoires.
 
Et oui, même moi j’ai un petit coeur. Et il arrive (un peu trop souvent) que ce petit coeur se brise face à des raisons plus ou moins diverses (et qui n’en valent pas toujours la peine, mais soit).
 

Voilà, il fait comme ça. Sauf qu'après, on ne le mange pas avec un café.
Voilà, il fait comme ça. Sauf qu’après, on ne le mange pas avec un café.

 
Comme tu ne le sais pas encore, on a déménagé en début d’année (c’est l’une des raisons qui ont retardé mon retour par ici). On a (enfiiiin) quitté notre tourelle de 3 étages en village citadin sans jardin pour une jolie maison de campagne (avec un jardiiiiin ! ATCHOUM ! Vive le rhume des foins…).

 
Et du coup… On a des voisins. Si.
 
Et c’est là que le bât blesse.
 

Tout autour de moi, j’ai des amis, connaissances et de la famille qui me vante les bienfaits d’avoir des voisins, les apéros chez les uns, les arrosages de plantes chez les autres… C’est tellement cool que belle-maman nous a même tannés pour qu’on choisisse un duplex plus cher et plus petit à la place de cette maison, uniquement parce qu’on aurait vécu entourés de 3 autres familles et que : c’est choueeeeette les voisiiiiiins !
 

Oui, bah non.

 
Je ne voudrais pas avoir l’air de cette voisine qui épie les moindres mouvements de ses voisins, toujours à l’affut de leurs vas et viens (ça tombe bien, c’est pas moi, c’est celle d’en face, ça), mais depuis notre emménagement, et encore plus depuis qu’il fait beau, il m’arrive souvent d’être au jardin (en fait je me suis découvert une passion pour le jardinage, même que j’ai ouvert exprès un livre de bord pour raconter mes expériences de Frankensteinisation plantaires, si ça t’intéresse, c’est par ici) à rempoter, creuser, retourner, couper, tondre… Bref, jardiner quoi.

Donc souvent, je vois passer les voisins les plus directs qui empruntent le chemin privé pour rentrer chez eux, puis je croise aussi souvent les voisins d’en face qui rentrent et sortent de chez eux, puis le voisin d’à coté qui sors régulièrement s’occuper de ses poulets, puis l’autre voisin qui tond deux fois par semaine, puis enfin ceux qui se garent près du grillage jouxtant notre jardin.

Euuuuh… Oui bon… Je rencontre souvent des voisins quoi. Voilà.
 

Et c’est bien là que le bât blesse (comme je te le disais plus haut), cruel aiguillon qui me transperce mon petit coeur de fugu tel une baguette une tranche de sashimi au saumon : AUCUN NE REPOND A MON SALUT !
 

Enfin si, la voisine d’en face, de temps à autres. Surement quand la lune est pile dans l’axe de Jupiter.

 
Alors je veux bien que des fois, on ne doive pas m’entendre et c’est pas de l’impolitesse. Mais ici… SI, CLAIREMENT.

Pas plus tard que hier après-midi, j’étais en train de jardiner quand la voisine est sortie déposer un truc dans sa voiture. Me redressant, je la vois, la salue : elle tourne la tête, me regarde et… Rentre chez elle sans dire bonjour.

Juste après, son mari sort et commence des aller-retours pour charger la voiture : il a gardé la tête baissée tout le temps pour éviter de devoir répondre, genre « ‘j’t’ai pas entendue ». Par contre une fois qu’il s’est cru planqué par son coffre, là je le voyais m’observer. Eh coco… Si tu me vois, je peux te voir aussi hein ! Ho !

Bon ok, j’admets que là, j’ai pu lui faire peur à lui donner l’air de l’observer comme si il était une bête curieuse. Mais si il m’avait répondu directement, j’aurais recommencé à trier mes trèfles et mes coquelicots (quoi ?) et ça se serait arrêté là.
 

Un voisin ? Où ça un voisin ?!  Hey coucou voisiiiiin !
Un voisin ? Où ça un voisin ?!
Hey coucou voisiiiiin !

Sérieusement, je ne sais pas quoi faire.

La voisine d’en face m’a, la seule fois où on causé deux minutes en essayant de rattraper les chiens d’un voisin vivant plus bas, fait comprendre que ça aurait été bien qu’on se présente aux gens. Je suis d’accord, mais comment ?

Mes parents n’ont jamais été très ouverts sur le monde, et les voisins le leur rendaient bien (en battant leurs chiens à travers la clôture, lançant leurs mégots de cigarettes dans le jardin ou venant même y casser le peu de déco qu’on y faisait… Bref, effectivement ça donnait pas envie de s’entendre avec).

Belle-maman, des amis qui eux s’entendent bien avec leurs voisins, tous m’ont dit d’organiser un apéro dinatoire chez nous ou dans le jardin pour inviter tout le monde.

Mais comment ? La moitié des voisins vit derrière de hauts portails toujours fermés, sans sonnettes, et certains même avec des chiens de garde (je vis vraiment à la campagne hein, mais je crois que ces gens l’ignorent, ça explique les jardins taillés à la française).

Et même, est-ce qu’ils auraient envie de faire 100 mètres pour venir nous voir ?
 

J’avoue que cette ambiance me pèse, parfois.
 
J’ai envie de rencontrer des gens, pas obligatoirement de m’en faire des amis mais au moins savoir comment ils s’appellent autrement qu’en zieutant leurs boites aux lettres, puis pourquoi pas compter sur eux pour arroser le potager en mon absence (ouiiii j’ai un potager maintenant iiiih), et moi faire de même chez eux.

J’ai envie… Mais est-ce que seulement eux l’ont envisagé ?

 
 
Et toi ma sardine, tu réussis à sympathiser avec tes voisins ? Ou vous en êtes à monter des tourelles et à viser au canon ?

 
 

10 Comments

  1. Tu peux aller chez eux. Tu frappes a la porte, sonnette et/ou le chien leur fera entendre ta présence 😉 , t’excuses de venir les déranger mais viens te présenter et leur demander si ils accepteraient une invitation pour un BBQ, apéro .
    Chacun a sa vie, certains sont la depuis longtemps; peut être qu’ils n’aimaient pas les précédent voisins?
    Tentes 😉 Courage!

    1. Fugu Fugu

      En fait j’ai essayé, plusieurs fois, d’aller les voir quand ils sortaient genre « bonjour, je suis la nouvelle voisine », mais ils m’ignorent et font comme si je n’étais pas là.

      Les voisins les plus proches s’arrêtent parfois à 3 mètres de moi avec leur voiture le temps que leur portail s’ouvre, mais ils gardent la tête bien droite et les fois où j’ai voulu m’avancer vers eux pour les saluer, ils ont fait vrombir le moteur puis avancé de quelques centimètres avant de s’élancer dès que le portail s’était ouvert suffisamment.

      Je sais que les précédents locataires étaient très… Limites, on va dire ça. Ils ont complètement ravagé la maison et élevaient poules, chèvres, chiens et chats dans la maison (et autour).

      Mais j’ai appris aussi récemment qu’une autre dame vivant à l’autre bout de la rue et venant d’emménager avait exactement les mêmes soucis que moi. Nous avons une copine en commun, je lui ai donc proposé de faire la liaison pour que nous nous rencontrions mais… Là aussi ça coince, elle a éludé et depuis, elle fait la morte.

      Les gens d’ici sont vraiment bizarres. :/

  2. J’ai une amie qui a mis un petit mot dans la boîte aux lettres de ses voisins pour les inviter à un apéro chez elle : elle leur demandait, s’ils venaient de lui rendre le mot avec le nombre de personnes… Elle a eu quelques participants. Il paraît que c’était sympa…
    Bon, sinon, je ne suis pas un bon exemple : je vis dans une maison familiale et je connais donc tous les voisins… On se dit bonjour, parfois on papote… mais on ne va pas les uns chez les autres (et je n’y tiens pas particulièrement).
    Belle journée et courage !

    1. Fugu Fugu

      Ah bonne idée le petit mot : moins intrusif que d’aller les voir directement. 🙂

      Au moins tu as la politesse de répondre aux salutations… D’un coté je n’en demande pas plus, ça ne sert à rien de forcer les gens à nous voir plus qu’ils ne le souhaitent… Mais en même-temps, vu les loustics ici, peut-être qu’un apéro pourrait leur permettre de nous voir un peu moins comme des « intrus » et à débloquer la situation. 🙂

  3. Si ca peut te rassurer (même si ce n’est pas très rassurant! ) j’habite dans un immeuble à Paris et je croise aussi parfois des voisins qui ne répondent pas à mon simple Bonjour ou font (a priori) semblant de ne pas m’avoir entendu : comment peut on sans honte ne pas répondre à un simple « Bonjour » d’un voisin, ça me dépasse.
    Tous ne sont pas comme ca, loin de la, mais c’est sur qu’il y a de quoi se sentir mal a l’aise quand on essaie d’être juste poli et qu’on se prend un gros vent…
    Moi aussi je voudrais bien savoir ce qui leur passe par la tête dans ces moments là : peur, flemme, méchanceté gratuite, non-dits (déjà? )…

    1. Fugu Fugu

      C’est quand même fou ! Un bonjour ne fait pas de mal, et peut-même améliorer une journée grisouillette. Peut-être des traumatisés du « dis bonjour à Tante Germaine » quand ils étaient petits ? 😀

  4. Noix de Cocoon

    Ahh je reconnais mon expérience !
    Je vis depuis un mois dans une maison entourée de 2 autres maisons. Et le voisin ne répond jamais à mes bonjours : quand on se croise, il baisse la tête.
    Quant à l’autre voisine son premier contact a été de m’engueuler car ma poubelle n’était pas à la bonne place (sans me dire bonjour bien entendu)…
    J’avoue que ça m’a fait très mal aussi, car je me sentais rejetée et puis à force, maintenant la voisine me dit bonjour et quelques mots de courtoisie. Bon pour le voisin je crois que c’est peine perdue ^^
    Mais souvent les gens peuvent avoir peur des nouveaux arrivants, ou sont timides ou juste très malpolis 🙂
    Bon courage en tout cas !

    1. Fugu Fugu

      Et ben ! Heureusement que personne ne m’a engueulée, je crois que ça aurait scellé mes impressions sur les personnages qui me servent de voisins ! 🙂

      Je vais tenter le petit mot dans la boite aux lettres pour proposer un apéro-grignote (pas non plus envie de me lancer dans un gros dinatoire que peut-être personne ne voudra manger !), si les gens sont juste timides ou inquiets de voir des nouvelles têtes, ça pourra peut-être les rassurer. 🙂

  5. Je pense que c’est la mentalité « village ». J’ai vécu dans le trou du cul du bout du monde pendant quelques années et je peux te dire que ça a mis du temps avant de pouvoir être vue comme quelqu’un avec qui ont peut éventuellement échanger quelques mots, voire sympathiser vraiment avec une famille (« étrangère » elle aussi mais installée depuis plus longtemps, lol).
    Bon, cela dit, on a retrouvé ça aussi quand nous sommes arrivés dans notre impasse, il a fallu quelques temps avant que les voisins (des « vieux ») nous regardent autrement que d’un air méfiant… Mais bon, nous n’avons pas fait « d’effort » non plus, nous ne sommes pas allés aux diverses fêtes des voisins et de fin d’été organisées par une des familles de la rue (que pourtant je connais parce que nous avons fréquenté le même collège au millénaire précédent) juste parce que nous avons envie de choisir avec qui nous voulons passer du bon temps (et dans la rue, il y a certaines personnes dont la présence et la façon d’être gâcheraient notre soirée).
    Bref…
    Continue à dire bonjour, je suis sûre qu’un jour ça viendra (notre voisin mitoyen nous offre même des salades de son jardin depuis 3 ou 4 ans alors que nous sommes là depuis 8 ans…)

    1. Fugu Fugu

      Et bien… D’un coté ça me rassure de ne pas être la seule et de l’autre… Pfff ! :/

      Ici aucune fête de voisins, aucun événement « communautaire » dans la rue… Enfin il y a bien le reste du village qui s’organise et crée des événements, mais on y verra jamais les gens du chemin où j’habite ! Tout le village semble d’accord pour dire que ce sont des gens à part hahaha !

      Cela étant la situation s’est un peu débloquée samedi, un voisin est venu de lui même saluer l’Amoureux pour parler tonde de pelouse (ils tondaient chacun de leur coté) et comme l’Amoureux est du genre à bien mettre les pieds dans le plat, il a fait remarquer au voisin qu’il était le tout premier à bien vouloir nous parler. Du coup il a invité les voisins juste à coté à venir nous saluer aussi. 😀

      Ca va, 4 ans seulement pour vous faire profiter de ses salades… Ca me laisse de l’espoir pour le voisin qui a une tonne de poules et à qui j’aimerais bien acheter des oeufs, mais qui est ultra-fermé… :’)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *