Déboires sur le Marché de Noël

(Ca pourrait presque faire un titre de téléfilm de Noël, non ? Non ? Bon…)

 

Coucou ma Sardine !

 

Ca ne t’aura pas échappé, c’est bientôt Noël ! Et qui dit Noël dit : Marchés de Noël ! Oui !

 

 
Hier, comme je l’avais dit vendredi, je me suis donc rendue à un marché de Noël.

 

Pas celui où je souhaitais aller, pour une raison mystérieuse et malgré les affiches, il semblerait qu’il n’avait pas lieu ce week-end, mais peut-être le prochain, ou encore le suivant… J’ai l’impression que deux associations (ou trois ? Ce qui expliquerait les affiches pour ce week-end) se bagarrent pour l’obtenir. Bref, c’était compliqué, et comme il y en avait un dans une autre petite ville du coin, nous avons opté pour celui-là.

 
 

C’était très décevant (ça, c’est dit…) mais je ne sais pas à quoi je m’attendais.

 

Forcément, la salle est moche, c’est un gymnase à l’ancienne sans charme, très bruyant, où le moindre bruit résonne, et où forcément ils avaient mis la sono à fond.

 

 

Les exposants tiraient tous la tête, preuve que la journée n’avait pas été radieuse, et les gens stationnaient en nombre dans les allées pour discuter, en laissant leurs enfants jouer et courir de partout.
 

 

« Vous désirez ? »

Raymond le marchand de Noël, et son air aimable.

 

 

Et c’est comme ça que tandis que je stationnais en attendait qu’on me laisse passer, un gamin a déboulé dans mon dos sans, sans doutes, regarder où il allait, et qu’il s’est pris les pieds dans ma cheville. Enfin plutôt il m’a filé un énorme coup de pied pile dans une zone très sensible de mon anatomie (je parle toujours de la zone près du pied, et c’est pas tendancieux, je te rassure ma sardine) : une vieille blessure qui ne guérira jamais, que je peux à peine toucher sans pleurer.

 
 

Autant te dire que j’étais jouasse (non). Le gamin non plus, mais à ma tête, je crois qu’il n’a pas osé râler. Il n’a pas osé s’excuser non plus, mais j’ai eu l’impression qu’il était persuadé que je l’avais fait exprès (rappel : j’étais de dos, et ce serait bien utile mais on ne m’a encore ni greffé de radar de recul, ni de paire d’yeux à l’arrière du crâne).

 
 
D’habitude je fais preuve de beaucoup de bienveillance envers les enfants (même quand ils ne sont pas de ma famille, on devrait me décerner une médaille). Mais là j’ai eu tellement mal, à en boiter tout le reste de la visite (et donc à me faire mal au genou qui est à peine mieux mais ne supporte pas que je boite, youpidou) que quand une gamine s’est ruée sur nous et m’a poussée pour passer entre nous, je lui ai hurlé un « DOUCEMENT ! » qui l’a figée sur place, et la petite qui la suivait itou.

 

Ca m’a surprise moi-même. A vrai dire je crois que je me serais figée moi-même si je m’étais entendue.C’est peut-être un don, il faudra que je m’y penche.

 
 
Les gens autour n’ont pas réagi (vu le vacarme, ça ne m’étonne pas), mais j’ai vu les gamines filer vite fait vers leurs parents qui se sont mis, il m’a semblé, à me chercher du regard (mais peut-être que la honte et la douleur m’ont fait un peu paranoïer).

 
 
J’ai baissé la tête et trotté du mieux que je pouvais pour m’en éloigner, en faisant mine de m’intéresser aux stands (couture, tricot, couture, couture, tricot, couture… OH DU CHOCOLAT ! Couture…). J’avais honte, mais surtout mal. Mais un peu honte quand même.

 

Clin d’oeil à @Manuebarto sur Instagram, qui me fait baver avec ses bredeles !

 
 

Comme je te l’ai dit, le marché n’était pas génial, en fait on aurait même pas dit un marché de Noël.

 

L’ambiance était bof bof (en fait on est arrivé quand la musique s’est arrêtée pour laisser place à une mamie qui présentait les stands avec l’engouement d’un ragondin dépressif), il n’y avait aucune décoration de Noël, même pas un sapin maigrichon (et pourtant j’ai vérifié, coucou le Xmass Addict de Pom de Pin !). Pas même un stand de décorations de Noël…

 
 
Même le stand de crêpes, où l’Amoureux m’avait proposé (pour une fois !) de nous arrêter ne proposait que des crêpes au beurre-chocolat.
 

Pas de sucre, pas possibilité de la modifier non plus (« ah non hein, si on commence pour une, on doit le faire pour toutes »). Bref, on est repartis sans crêpes, sans vin chaud (ça non plus ils n’en proposaient pas), et on s’est fait snober par Papa Noël qui distribuait des papillotes à tout le monde sauf à nous (j’imagine que ma tête de Fugu pas contente n’a pas joué en ma faveur, ou alors peut-être que je n’avais pas été assez sage .).
 

(Bon d’accord, je n’étais pas venue pour une papillote, mais ça n’a rien fait pour améliorer mon humeur non plus)

 
 

Même le Père Noël respirait la joie de vivre !

 
 

En fait je soupçonne que le Père Noël ai été kidnappé et remplacé par son jumeau maléfique, le Père Fouettard… Ca expliquerait beaucoup de choses !

 
 

A coté de ça, je pense que le souci vient aussi que je baigne dans ce milieu.J’ai un regard un peu désabusé, voir blasé sur les choses plutôt « communes » des expos (couture bébé, couture bébé, bonnets en laine, couture bébé, OH DU CHOCOLAT ! Bonnets en laine…), surtout sur un marché comme celui de cette ville où tout respire un peu la tristesse (la salle, les gens, les stands, les produits…)

 

En plus, et ça c’est peut-être bien la preuve ultime que je suis prête à tourner la page, je n’avais pas songé un seul instant que j’y rencontrerais des « collègues exposants ». Enfin des têtes connues, parce que forcément des exposants il y en avait sur tous les stands ma sardine.

 

J’avais mal, j’étais de mauvais poil, et en plus je sentais dans leurs propos qu’ils me voyaient comme une feignasse car je ne bossais pas un week-end d’avant fête.

 

La rumeur court et cour(i)ra encore plus vite que Fugu n’est plus de la partie (ou que je me crois trop bien que pour faire encore les « petits marchés », ça va dépendre des langues qui s’agitent).

 

C’est un microcosme, le monde de l’artisanat et de la création, et sans me vanter, j’étais « une grande » dans ce milieu. Du moins dans mon coin. Je me fais l’effet d’être un chanteur has-been qui débarque à une fête où il n’était invité que par politesse, et dont on espérait ne pas voir le bout du nez.

 

 

Bref, ça m’a un peu remuée je pense.

 

 

Et pour couronner le tout ma sardine, le seul achat que j’ai fait était un coffret de 6 bières de 50cl chacune… En déballant le carton chez moi, et après la fermeture du marché sinon ce n’est pas drôle, j’ai vu que le brasseur m’a refilé des bières de 33cl, au prix des grandes, bien sur.
 

Je suis verte. Au moins du coup je fais un peu « Christmassy » puisque je m’accorde aux couleurs du sapin.

 

 

La raison ultime pour laquelle il n’y en aura pas chez moi (de sapin, pour les chats c’est foutu).

 

 

Et toi ma sardine, tu aimes les marchés de Noël ? Tu en connais de jolis et originaux où on sent l’ambiance de Noël ? Rassure moi, dis moi qu’ils ne sont pas tous comme celui-là… Fais moi un peu rêver ? 🙂

 

XoXo !

 

PS : Je n’ai rien contre la couture et le tricot, pas même en tant qu’activité professionnelle, je t’assure ! C’est juste que c’est quand même très courant sur les marchés, et que des marchés, j’en ai fait énormément dans ma vie (en tant que vendeuse, le plus souvent, soit dit en passant). Mais si tu fais de la couture, ou du tricot, sache que je t’admire. Et queje te poutoute

8 Comments

  1. Avatar Blobfish

    Oh… 🙁

    Bah je ne connais que trois marchés de Noel. Celui de la Défense mais cela fait bien deux dizaines d’années que je n’y suis pas allé, je m’en souviens comme : gros et sans charme. Celui de Lille : sympathique, pas trop grand mais bien quand même et surtout on y est clôturé comme des moutons, pour des raisons obscures attentatistes qu’on finit par rendre plus tangible que Noel, et à certaines heures ça en devient inaccessible du coup. Enfin celui d’Arras : grand, une place complète, lumineux et espacé avec même une attraction au milieu.

    Celui là, je le recommanderai toujours, surtout que la ville est quand même belle et donne avec ses lumières ce petit effet Noel. 🙂

    1. Fugu Fugu

      Dommage pour le marché de Lille, j’en garde un très bon souvenir du temps où il était plus « ouvert… Mais les temps changent… :/

      Celui d’Arras me fait rêver, et me fait penser à ta manière de le raconter, à celui de Bruxelles (sur la grand place). 😀

      Bon, par contre ça fait un peu loin pour une courte balade, mais un jour, il faudra que je les voie… Et ceux d’Alsace aussi. 😉

  2. Avatar Ax-L

    C’est vraiment triste pour toi, même pas une petite note positive sur la fin :/

    Je vais être franche, ça fait longtemps que les petits marchés de Noël de mon coin du coin ressemblent au tien. Après il y a celui de la ville, avec toujours les mêmes cahuttes, les mêmes trucs à vendre qui coûtent la peau des fesses mais j’ai quand même encore plaisir à aller y flâner 😉

    1. Fugu Fugu

      Je suis désolée, je ne voulais pas plomber le dimanche de tout le monde avec mon billet d’humeur (qui porte bien son nom). 🙂

      Je pense en effet qu’il y a un coup de fatigue sur les petits marchés de Noël, il y en a aussi surement trop. Sur les plus gros on ne trouvera pas forcément d’artisans (ou si peu), étant « des deux cotés » je sais que les prix des stands sont inabordables pour eux…

      Mais ce n’est pas forcément pour acheter, je cherchais aussi le plaisir de l’ambiance, de boire un vin chaud, de m’extasier devant des trucs très kitchs que je n’aurais jamais mis chez moi (quoi que). 😀

      Bon dimanche ! 🙂

    1. Fugu Fugu

      Ca doit être tout mignon, le genre de marché de Noël où j’aimerais flâner. 🙂 Mais je comprends, c’est la première année où moi-même j’ai envie d’y aller, sans doutes parce que ça me rappelle déjà moins le travail ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.