Brève de Rêve

J’ai encore rêvé que j’en avais un. Je ne me rappelle pas de son prénom, même pas vraiment de son visage. Il avait les cheveux clairs, noisette dorée je dirais. Peut-être des yeux bleus.

 

Bon au départ, je l’avoue, c’était un chien (très intelligent soit dit en passant), mais c’est très vite devenu un gamin. (:D)

 

Je me souviens l’avoir laissé pour la journée chez ses grands-parents (mes beaux-parents), il était encore bébé. Je me souviens de l’avoir eu au téléphone (et l’avoir appelé en toute affection « mon sucre en poudre ») vers 14h, alors que son père et moi nous parcourions le monde (dans une journée, oui, cf. le titre ma sardine !), il savait déjà prononcer quelques mots. Je me souviens l’avoir retrouvé le soir, il était avec ses cousines, et savait déjà marcher (sans s’étaler, s’entend), mieux s’exprimer. (Le rêve de tout parent en somme… Hupf hupf hupf ! #Humour)

 

Les retrouvailles, sa fierté de nous montrer ses exploits, de nous colorier de beaux dessins. Ma belle-mère qui nous disait l’avoir gâté avec une boite de 35 crayons gras. (Wouhouuuu !)

 

J’ai ressenti une véritable douleur quand on me l’a enlevé, et j’ai senti ma force se décupler pour le sauver. J’ai bastonné, j’ai sauté, j’ai couru, j’ai traversé des précipices (on ne peut pas dire que mon double onirique se repose souvent, pas étonnant que je sois si crevée le matin !)

 

Et puis il y a eu le réveil, pas vraiment dur, pas vraiment doux non plus. La non envie d’ouvrir les yeux, le corps qui le fait pour moi. Et finalement la sensation de perte, pas la violence et la vraie douleur, mais plus l’envie de se raccrocher à de beaux souvenirs, les garder et les revivre alors qu’ils s’étiolent dans les limbes.

 

Bon, il est huit heures, la journée commence. Avec un goût étrange.

 

Point d'explication à pourquoi j'ai choisi cette photo, l'envie...
Point d’explication à pourquoi j’ai choisi cette photo, l’envie…

 

J’ai toujours fait des rêves étranges, mais les thématiques changent régulièrement (heureusement ?). Inutile de me psychanalyser cependant, je crois bien savoir ce que ça signifie. :o)

 
Des fois j’envie les gens qui ne se souviennent de rien au réveil, moi chaque nuit (ou presque) est un scénario hollywoodien ou la traversée d’un monde parallèle. 😀

 

 

Et toi ma sardine, tu as déjà fait des rêves chelous, au delà de l’étrange ? Ou des rêves tout doux que tu ne voulais pas quitter ?

 

2 Comments

  1. Avatar Ax-L

    Mes nuits sont assez calmes côté rêves en ce moment. En tous cas, ils ne laissent pas (trop) de traces au réveil. mais ça m’arrive d’avoir des rêves très chelou aussi !
    Généralement, quand je creuse un peu, pas besoin non plus de psy pour savoir d’où ils viennent 😉

    1. Fugu Fugu

      Comme je t’envie ! Bon, je n’ai pas retenu le rêve de cette nuit, si ce n’est des bribes de souvenirs, il était « urgent », un peu stressant, et il parlait de jardinage et de Paris… Le tout dans un monde en sepia. Bref, je me suis levée déjà fatiguée d’avoir bossé toute la nuit. :’)

      Je crois que quand on s’accepte et qu’on s’écoute, il est plus facile de comprendre nos rêves… Et peut-être aussi d’en faire des moins violents (enfin je dis ça, mais les attaques de zombies, je m’en passerais volontiers !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.