Cachez cette culotte que je ne saurais voir !

Premier vrai billet, premier coup de gueule. Le ton est donné ! 😀

L’actu a un peu refroidi depuis son apparition (mais c’pas ma fauuuute, j’ai pas pu le publier avaaaant),mais j’avais quand même envie d’en parler. Et puis tu vas voir au fil du temps que c’est le genre d’actu et de sujet qui a le don de me faire causer. Encore, et encore. Et ça n’en finit pas de m’insupporter.

pastels 3 />

Donc rapide rappel des faits : un centre aéré aurait demandé aux parents d’habiller leurs gamines de pantalons, ou tout du moins de leur mettre un short sous leurs jupettes car « la vue d’une culotte entraînerait des gestes et réactions déplacées chez les garçons plus grands ». C’est un résumé.

 

What ?

Même là rien qu’en le relisant et en l’écrivant, j’en ai les poils du dos qui se dressent.
 
Oui booon, c’est pas nouveau hein. Ca a toujours été ainsi, les garçons s’intéressent aux filles et blablablabla… Enfin quand même, déjà, non. Je me souviens pas qu’à mon époque (ou alors je m’en foutais, possible aussi), les garçons de 12 ans se soient intéressés aux petites de 4, 6 ou 8 ans.

Mais passons sur ça, ok, c’est comme ça aujourd’hui, je suis vieille, que veux tu…
 

Donc aujourd’hui, 2016, les petites filles doivent porter des shorts et pantalons car sinon, elles encourent le risque de se faire « embêter » par les garçons.
 

Mais bien sur !
 

Donc encore aujourd’hui, c’est pas au garçon de se poser des questions sur ses agissements, c’est à la fille d’assumer qu’elle est née avec un vagin et donc, qu’elle doit apprendre à se cacher.

 
Parce que hé… Autant vers 12 ans je veux bien que les filles commencent à prendre des formes, autant avant, la seule différence avec un garçon c’est plutôt qu’il leur en manque une dans le slip.
 

On pourrait du coup se poser la question de comment des gamins de 10-12 ans en viennent à trouver « attirante » (là les guillemets sont très importants) une gamine qui n’a donc rien d’une femme, et à avoir envers elle des gestes qu’il aura plus tard envers des jeunes femmes.
 

Et les parents ? Et les animateurs ?

Dans ma jeunesse (le coup de vieux, le retour), j’ai été moi même animatrice en centre aéré. Et boudiou, j’te prie de croire que si j’avais vu un gamin avoir un geste déplacé ou même une parole du genre, on aurait eu une sacrée discussion tous les deux.

Et je ne dirai pas qu’aujourd’hui, c’est différent, qu’on laisse tout faire et que les fessées se perdent (d’ailleurs hein, j’en aurais des choses à dire là dessus aussi)… C’est plutôt qu’aujourd’hui encore, on garde en tête qu’une fille est une victime , au lieu de songer qu’on pourrait prévenir ce genre de comportements (qui pourraient s’aggraver avec le temps), en échangeant avec ses fils, en montrant du respect pour leur mère ou les autres femmes de la famille, et du reste de la planète d’ailleurs.
 

On panse les bobos, au lieu de sécuriser les lieux. C’est con, si on transposait ça à une plaine de jeux, comme je viens de le faire, on trouverait ça totalement fou et irresponsable.
 
Pourtant c’est bien la même chose non ? Ce ne sont pas des bobos physiques, mais des bobos de l’esprit, qui vont s’accrocher et s’assimiler dans l’esprit des filles.
 

pastels 2
Hop, un peu de douceur. Caaaalme Fugu, range tes épines.

 

Je ne vais pas faire la madame parfaite qui n’a jamais eu de comportement ou d’avis sexiste, moi aussi durant longtemps j’ai songé qu’une fille en jupe « le cherchait un peu », ou qu’un garçon était par nature un prédateur.
 
Mais oooh ! Vous trouvez pas qu’on a suffisamment évolué pour arrêter de penser comme ça ?
 
Alors j’comprends bien hein, oui j’comprends que ce soit pas facile de tout reprendre, d’effacer le tableau du patriarcat (car oui, c’est de ça qu’il s’agit) et d’élever nos enfants dans le respect.

Mais je crois aussi que c’est super important, et que si il n’est (presque, après y’a toujours des cas désespérés) jamais trop tard pour faire changer une mentalité, au plus tôt c’est fait, au mieux c’est. Pour qu’enfin les filles puissent sortir les jambes à l’air sans qu’on les prenne pour des proies. Et sans qu’on colle sur les garçons l’étiquette du prédateur.
 
Donc maintenant, m’sieurs dames des centres aérés, et vous aussi charmants (et nombreux) commentateurs des réseaux sociaux que j’ai pu lire, approuvant de telles mesures et « excusant » les garçons , au lieu de culpabiliser les gamines en disant que si elles veulent pas se faire soulever la jupe ou peloter, elles n’ont qu’à enfiler des pantalons, écrivez plutôt un message aux parents pour leur demander d’avoir avec leurs fistons à la main fouineuse une discussion sur le respect et l’égalité. Et sur ce que ça leur ferait à eux si une petite fille leur baissait le pantalon. Non mais.
 
 
L’article qui a mit le feu à ma poudre : Ils demandent aux fillettes de porter un short sous la jupe : sexisme ou maladresse ?
 

PS : Bon en fait c’est plus un coup de gueule généralisé, ce centre en particulier n’a pas toutes les tares du monde non plus. Mais le thème de mon billet reste malheureusement beaucoup trop d’actualité à mon goût.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *