Group(i)e

Depuis quelques temps je squatte un groupe sur Facebook. Enfin on peut plutôt dire que j’en suis membre, mais du genre membre collant qui traîne toujours un peu dans les parages (merci le téléphone).

 
 

Ou Fesse de Bouc, si tu préfères.
OU Fesse de Bouc, si tu préfères.

 
 

Mais siii, tu sais ! Ces groupes (non pas des pages), que l’on demande à intégrer, avec des thèmes plus ou moins définis comme le point de croix slovène du XIVème siècle ou le quadrille sur échasses.

 
 

Du genre ça pourrait être le groupe Fugushima, où on parle de moi, et où je glisse mon adresse pour recevoir des cadals. (Non ne t’en fais pas mon maquereau, ce groupe n’existe pas, j’ai juste une page Facebook qu’elle est trop bien, d’ailleurs si tu veux la rejoindre je t’en serais mille fois reconnaissante, paix sur toi et mille générations, mais je vise peut-être un peu d’autres personnes, suis pas mon regard, tu ne les connais pas, mais tu dois connaître le même genre d’énergumène quand même).

 
 
Enfin là en l’occurrence ce n’est pas un groupe pour parler de quelqu’un, et pour se faire des cadeaux, mais c’est un groupe de cuisine, géré par une blogueuse culinaire que je crois assez connue d’ailleurs, et qui fait vraiment de bien bons petits plats. Sur son groupe, ses fans se regroupent (noooon ?) pour discuter du dernier plat réalisé selon ses recettes.

 

 
En général c’est bien le genre de truc qui m’agace. Les groupes, je veux dire, pas les petits plats, ni le fait d’en parler. (La bouffe, pour moi, tu le sais ma sardine, c’est sacré.)

 

En fait je n’ai, je crois, eu que des mauvaises expériences jusque là.

 
 

Comme je te le laissais entrevoir plus haut, à chaque fois que j’ai cru tomber dans un groupe sur un sujet (un loisir, une passion, un thème plus large), il a toujours s’agit de me retrouver « petite nouvelle » face à un noyau dur et « un peu » faux-jeton, même si ça n’était pas clairement défini au premier abord. (En même temps tu imagines le groupe ? « Noyau de Faux-Jetons Lyncheurs de Petits Nouveaux », ça claque, mais c’est pas vendeur).
 
 

Des gens qui se font mousser parce qu’ils sont admins d’un groupe comme si ça faisait d’eux des PDGs de grosses sociétés (et encore, même ça ne signifie pas qu’on est supérieur à qui que ce soit), qui font des private jokes pour en fait se moquer indirectement de membres naïfs n’ayant pas eu le droit pour une raison X ou Y d’intégrer leur bande d’amis, mais dont ils profitent quand même allègrement pour obtenir des cadeaux ou des flatteries tant que leur hypocrisie n’est pas découverte, ou découverte mais pardonnée.

 
 

Je cherchais une image pour illustrer les
Je cherchais une image pour illustrer les « groupes », Pixabay m’a proposé des moutons. J’ai bien aimé.

 
 

Ca m’épuise très vite, ce genre de groupes.

 
 
Quand je débarque avec mes gros sabots de Bisounours, souhaitant m’impliquer en toute bonne foi et naïveté dans un premier temps, je sens presque instantanément le mur de leur « amitié » (tout est relatif, car elles ont vite fait de se taper dessus et de t’inviter à lyncher leurs ex meilleures amies de la veille pour une raison obscure mais apparemment très importante comme le choix d’un vernis à ongle ou la lutte pour le seul mâle du groupe, fut-il marié, âgé de 77 ans et distant d’environ 8000 kilomètres). Et si j’insiste un peu, genre parce que j’ai été invitée par une copine qui est elle-même copine avec l’admin ou une des modos du dit groupe, je remarque très vite l’agressivité latente et le refus d’ouverture qui s’opère.

 
 

Il faut dire que je ne crois pas être une hypocrite.

 

Je n’aime pas me moquer des gens (sans raison du moins, je suis un fugu, ne l’oublie pas), ni les critiquer dans leur dos (enfin si, je le fais ici et des fois en privé avec des potes, mais c’est pas pareil, je ne vais pas aller faire amie-amie avec pour dans le même temps te raconter ici qu’elles sont bêtes, ou pire encore, et même quand je me moque, on peut dire que c’est plutôt pour leurs contradictions ou leur agressivité qu’autre chose… Enfin j’essaie pas de me dédouaner, mais je pense être quelqu’un de plutôt « pas faux-jetonne » que l’inverse, et misère cette parenthèse est beaucoup trop looooongue).
 
 

Et si ici j’arrive à m’ouvrir à toi, et à te raconter des choses parfois très intimes, j’ai bien du mal quand j’y fais face sans pseudo et sans que l’autre ne comprenne l’autodérision (sauf en se croyant drôle tout en tapant là où ça me fait mal, ce que j’appelle aussi de l’hypocrisie, je pense encore une fois à quelques gens en particulier).

 
 

Bref, j’étais partie pour juste te raconter un petit bout de ma vie, et me voilà en train de non pas te faire une tartine, mais toute la miche et le pâté avec. (En plus on reste dans le thème culinaire, c’est que j’ai faim moi !)

 
 

Donc pour en revenir à ce que je disais, j’ai rejoint un groupe sur le thème de la cuisine.

 
 

Je vois cette image, je pense
Je vois cette image, je pense « raclette », c’est comme ça.

 
 

Et pour une fois, je m’y sens bien.

 
 

Et en fait, j’ai des fois un peu honte de ce que je deviens, ou plutôt des aspects de ma personnalitéque ça fait ressortir en moi et que j’avais pris soin d’ignorer jusque là.

 

 

Mon coté groupie.

 

 

Sur ce groupe, je me sens (presque, tout n’est pas perdu) investie de la mission de faire vivre le groupe, de tester de nouvelles recettes (en ça, mon estomac me remercie) et de faire part de mes découvertes ou déconvenues avec les autres membres.

 
 
Limite si c’était pas dans ma tête aussi important que de porter la flamme olympique, les muscles en moins, les bourrelets en plus.

 
 

Je collectionne les petits badges comme d’autres les Pokémons, et je ressens le pincement de la déception quand j’en perds un.

 
 

J'essaie de en pas utiliser trop d'images de nourriture pour illustrer mon billet, parce que j'ai FAIM ! Mais quand même... J'ai faim...
J’essaie de en pas utiliser trop d’images de nourriture pour illustrer mon billet, parce que j’ai FAIM ! Mais quand même… J’ai faim…

 
 

Je me promets alors de redoubler d’efforts (genre me remettre à cuisiner quand ça fait 3 semaines que je fais le minimum car je n’ai plus le temps de rien) pour regagner mes précieux badges.

 
 

Et le pire, c’est qu’il ne me semble pas faire ça pour tirer une sortie de fierté d’être lue et d’obtenir des réactions (pas comme ici, quoi, allez pose ton com’, merci !), j’aime plutôt me dire que mes petites actions aident l’administratrice (qui vit de sa passion pour la cuisine, du coup je me sens encore plus proche d’elle vu que c’est un peu mon cas aussi, dans un autre domaine) en éveillant la curiosité et l’envie chez les autres membres.

 
 

Et puis j’aime collectionner les badges, faut bien l’avouer . (Que je me l’avoue, tout du moins.)

 
 

Mais pour autant, j’ai beau me défendre de ne pas faire ça pour les réactions et commentaires, j’admets qu’il est très agréable de recevoir de gentils messages, et surtout de pouvoir plaisanter avec l’admin et d’autres membres sans me sentir d’un coup face à ce noyau dur à s’en casser les dents, faussement amical mais sincèrement fourbe, ressenti trop souvent ailleurs.

 
 

Il y a des membres que j’apprécie vraiment, et j’ai presque envie de cliquer sur « demander en ami », chose que beaucoup font sans réfléchir, pour collectionner les amis comme moi je collectionne les badges du groupe.

 

Mais pour moi ce n’est vraiment pas anodin. Et ma difficulté à aller vers les autres et surtout à susciter chez eux l’envie de me connaître ou juste de prendre de mes nouvelles de temps à autres fait que je n’ai plus aucune confiance en moi sur le sujet.

 
 

J’ai limite peur d’être rejetée par une inconnue avec laquelle j’échange des conseil sur la différenciation de l’oignon jaune et de l’oignon rouge (c’est un exemple, même si je ne juge pas ceux qui ont ce type de conversation, il y a peut-être vraiment des oignologues dans la place) et des blagues sur la discrimination culinaire ou le capital sympathie du topinambour.

 
 

J'ai envie de faire une blague un peu salace sur les bords, je vais éviter.
J’ai envie de faire une blague un peu salace sur les bords, je vais éviter.

 
 

En même temps, que ça crée des amitiés ou non, que ça tienne sur la durée ou non… C’est vraiment agréable de me sentir à l’aise dans un groupe (fut-il virtuel). Je ne suis pas sure de l’avoir déjà ressenti, sauf une fois dans un boulot (et je me trompais lourdement), et, depuis peu, dans ma belle-famille (mais c’est pas pareil).

 
 

Bon, par contre, je me dis quand même que quitte à être à l’aise et motivée, c’est ballot que ce soit tombé sur un groupe de cuisine et non pas de remise en forme… Ca aurait été plus bénéfique à mon fessier ! 😉

 

 

 

Et toi ma Sardine, tu as déjà rejoint des groupes ?

 

Partager sur :

14 Comments

  1. Blobfish Blobfish

    « topinambour » ? Mais c’est pas un brique en maçonnerie ça ? J’croyais. :-/

    L’effet groupe, on le retrouve malheureusement partout. (Je pense notamment au milieu du JV où je me souviens des guildes MMO contenant moult procédures et tests avant d’être admis.) Je peux comprendre le besoin de garder un groupe tranquille ; veiller à sa positivité est important, en repoussant les trolls (il faut mettre un mélange de sel de Guérande, poivre d’Espelette moulu sur le pas de porte) et autres énergumènes. Mais souvent, c’est effectivement un petit groupe fermé qui ne se rend même plus compte qu’elle est devenu une bande, comme à l’école ; sous une fausse ouverture (ou véritable mais non réellement voulue ?) les recrutements sont clôt bien que la porte est grande ouverte.

    Et je dois avouer détester ça aussi. :-/

    1. Fugu Fugu

      Non, ça c’est la tarte de Dame Séli ! ;D

      Oh oui, c’est partout, quel que soit le thème et le sujet, c’est humain de se regrouper je pense. Mais il y a des manières de faire, souvent ça finit comme tu le dis en cours d’école, avec le niveau mental qui va « bien ».

      Et sinon moi je pensais que c’était des statuettes enroulées dans du jambon…

  2. Avatar Ax-L

    Je suis dans plusieurs groupes qui correspondent à mes centres d’intérêt. Membres féminins principalement. Que je fréquente via la toile. Effectivement, on tourne vite en mode « on est une bande de potes » et c’est compliqué pour les nouvelles de se faire une place. Effectivement il y a parfois des ondes négatives, du crêpage de chignon et des trucs pas cools. Dans ces cas-là, je me mets en retrait et si ça perdure trop, je quitte le groupe. J’ai un côté bisounours que je revendique 😉

    Bon, sinon, ne ce qui concerne les oignons, je suis complètement fan du rose de Roscoff 😉

    1. Fugu Fugu

      Aaaah, j’aime les Bisounours ! Et j’aime ta manière de penser, je fais pareil en fait. Ca m’a valu pas mal de « problèmes » car justement je n’étais pas assez fauxjetonne pour les administratrices de certains groupes, qui pensaient que si elles viraient une membre raciste qui m’embêtait sur mes origines, je leur revaudrais ça en lynchant aveuglément leur nouvelle victime (j’en ai été trop victime que pour avoir envie de m’y mettre, donc quel que soit « le crime », certainement pas).

      Ah mais le rose de Roscoff il est hors catégorie ! 😀

  3. Pingback: Group(i)e - Les Blogueuses

  4. Coucou , je viens de découvrir ton blog , grâce au commentaire que tu as laissé sur mon blog ( comme quoi ça sert de commenter hihi) . Je vois ce que tu veux dire quant au fait d’être la petite nouvelle , pas toujours facile de s’intégrer à un groupe déjà bien formé !
    Au plaisir de te lire à nouveau
    bisous
    sandra

    1. Fugu Fugu

      Coucou Sandra ! Bienvenue sur mon île alors ! 😉 (Oh oui je pense aussi que ça « sert » de commenter, en tout cas j’aime laisser des petits mots là où je passe, mais il faut avouer que je suis une grande piplette :P).

      Ah non, pas facile du tout !

      Bises ensoleillées ! 🙂

  5. j’ai souri en lisant ton article et aussi plissée des yeux à cause de la couleur plus light.

    Les groupes c’est tout une histoire. J’admin un groupe, on est vraiment sans prétention toute petite et sans jugement. Surtout on a compris avec ma co admin la personnalité de nos membres, c’est à dire je me fou de la popularité par contre j’aime beaucoup raconter mes petites histoires. Du coup l’humeur elles adorent.

    Je te rejoins certains groupes c’est trop m’as tu vu.

    1. Fugu Fugu

      Je vais essayer d’assombrir un peu le gris de mes digressions. 🙂

      Je pense qu’il y a peu de différence entre le réel et le virtuel, on peut vouloir créer un groupe pour des raisons sincères, s’amuser, partager.. Et puis il y en a qui le font parce que ça leur donne une sensation de pouvoir.

      C’est chouette que vous ayez un groupe sympa qui fonctionne bien du coup, c’est plus sain et agréable ! 🙂

    1. Fugu Fugu

      Coucou Audrey, bienvenue par ici alors ! 😉

      J’avoue avoir du mal à me défaire de l’addiction Facebookienne (et de celle qui nait pour Blog Campus hahaha !), quant aux groupes, c’est comme je le dis dans le billet très rare que je m’y sente bien, du coup j’en utilise peu. 😉

      Bisous !

  6. Salut !
    Je n’ai pas de problème sur les groupes car je n’ai pas vraiment l’occasion de discuter mais je compte m’inscrire sur des groupes de blogging donc j’espère que ça se passera bien. Je n’ai pas le temps ni l’âge pour les enfantillages donc si j’ai ce problème je me désabonne.
    A bientôt

    1. Fugu Fugu

      Hello Chanaël !

      Des groupes de blogging ? Si tu as des noms, je suis preneuse, je ne connais pas mais je suis curieuse de voir ce qui s’y passe (et pourquoi pas y prendre part ?). 🙂

      De même, les « enfantillages » me fatiguent assez vite et c’est la raison pour laquelle je ne reste jamais, même si ce fut une bonne source d’inspiration pour mon billet.

      A bientôt !

  7. Pingback: Mes petits bonheurs de la semaine #16 – Bienvenue à Fugushima !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.